3eme AGE - CLINIQUE VETERINAIRE DE L'ALOUETTE

CLINIQUE VETERINAIRE
de l'Alouette
Aller au contenu

Menu principal :

VOTRE ANIMAL
Leurs vieux jours

La durée de vie des chiens a doublé lors des 4 dernières années et nos chats peuvent vivre désormais  2 fois plus longtemps que leurs cousins sauvages... Cette augmentation est largement dûe à une meilleure alimentation et à l'amélioration des soins dont ils font l'objet.
Néanmoins, attention, la tendance à l'augmentation de la longévité de nos chiens et chats pourrait ne pas se poursuivre car beaucoup d'entre eux sont en surpoids, voire obèses (> 50% aux US !)... En outre, ils sont exposés aux mêmes polluants et carcinogènes que leurs propriétaires et encourent donc les mêmes risques..

Le tableau ci-dessous, produit par les laboratoires TVM donne
un estimatif des équivalences d'âge avec l'humain.
(voir aussi notre page: "Quel âge a mon chien?")

La ligne bleu correspond au seuil de sénescence, plus vite atteint chez les races géantes ...



Principaux signes du vieillissement
La baisse d'activité est quasi inévitable et logique chez le chien et le chat âgé. Elle est largement influencée et aggravée par une prise de poids éventuelle. Elle s'installe insidieusement et n'attire pas forcément votre attention avant un certain seuil... d'où l'intérêt de rester vigilant et de continuer à les solliciter pour les jeux et les sorties: en conserver la fréquence, voire l'augmenter, mais en diminuer la longueur est la bonne recette...  En raison de l'influence néfaste d'une prise de poids sur les douleurs dues à l'arthrose, il est important de surveiller régulièrement le poids de votre chien ou chat. Si un surpoids apparaît, n'ayez pas le réflexe d'augmenter son exercice mais venez consulter pour ne pas laisser les choses aller trop loin... Il faut avant tout vérifier qu'il n'y a pas de troubles fonctionnels responsables.  Un simple changement d’alimentation et d’habitudes peut ajouter des années à l’espérance de vie de votre chien ou chat

La dépression d'involution, forme de sénilité, est fréquente chez le vieux chien surtout. Elle se traduit par des troubles du sommeil, avec des réveils brutaux associés parfois à des mictions ou défécations sur le lieu de couchage, des troubles de l'appétit (le chien semble devenu difficile ou capricieux et parfois ne mange plus "qu'à la main" ou en présence de son maître), des déambulations sans but dans la maison, une perte des apprentissages (le chien "retombe en enfance" et redevient sale, faisant ses besoins sans demander à sortir, le chat peut faire ses besoin à côté de la litière) des gémissements sans justification... En outre il y a souvent retour au système d'exploration orale qu'avait le chien lorsqu'il était chiot: goûter ce qu'il voit pour l'identifier, ce qui le pousse à manger tout et n'importe quoi... (attention aux occlusions). Il convient de consulter car il existe des traitements en fonction des troubles constatés. Dans tous les cas, il ne faut surtout pas marginaliser le vieux chien ou chat sous peine d'aggraver ses troubles.

L'arthrose : En vieillissant, chiens et chats ont, comme nous,  tendance à ressentir des douleurs articulaires dues à l'arthrose qui s'installe d'autant plus vite que les articulations seront soumises à une contrainte de poids excessive. Il peut donc s'agir d'un poids normal, (cas des grandes races, naturellement lourdes), ou d'une réelle prise de poids. L’arthrose est une maladie dégénérative dans laquelle le cartilage articulaire se détériore progressivement, entraînant une friction génératrice de douleur entre les os, lors des mouvements. L'animal arthrosique se déplace moins, diminuant ses dépenses caloriques et entrainant ou aggravant ainsi un surpoids éventuel: un véritable engrenage.  Une baisse d'activité, des difficultés à se déplacer ou à monter les escaliers et parfois des craquements articulaires sont des signes à repérer pour consulter. Certains aliments formulés spécialement et scientifiquement assurent une prise en charge simultanée des problèmes de surpoids et d’articulations, ralentissant ainsi l'engrenage infernal.

Le diabète peut apparaître sur un animal qui  vieillit et cela d'autant plus qu'il est en surpoids. Le diabète sucré, la variante la plus courante, apparaît lorsqu'un organisme ne peut pas transformer les sucres, les graisses et les protéines de façon efficace en raison d'un déficit en insuline. Il commence alors à utiliser les réserves de graisses et de protéines comme sources d'énergie. L'animal commence à manger davantage mais perd cependant du poids, tandis que les sucres non transformés se retrouvent dans le sang (la glycémie augmente). Les principaux symptômes du diabète « sucré » sont un appétit vorace contrastant avec une perte de poids. En outre l'animal boit et urine en quantités excessives. Consulter s'avère indispensable en cas d'augmentation simultanée de la boisson et de la quantité d'urine (polyuro-polydispsie)

L'insuffisance rénale est également très fréquente chez les animaux âgés. Elle est due à une "usure" des reins qui réalisent de moins en moins bien leur fonctions de filtration des déchets,  de gestion des électrolytes,de production de certaines substances essentielles (EPO...) Elle se développe également de façon insidieuse, notamment chez le chat, jusqu'à un effet seuil pour lequel les symptômes vont apparaître plus visibles: diminution nette de l'appétit, vomissements (et éventuellement diarrhée) dont la fréquence augmente avec le temps, perte de poids importante, anémie (pâleur des muqueuses), fatigue importante et déshydratation
Une attention vigilante peut permettre de déceler les premiers symptômes: augmentation de la quantité de boisson et d'urine, perte discrète de poids alors que l'appétit est encore à peu près conservé, fatiguabilité inexpliquée...
A noter qu'un mauvais état dentaire peut en augmenter la vitesse d'évolution, d'où l'importance de respecter les conseils de détartages donnés lors des visites annuelles de rappels vaccinaux......
Des solutions existent lorsque le problème est décelé précocement: un régime adapté permet de retarder considérablement l'arrivée des symptômes


Comment et quand faire le point ?
Pour ne pas en arriver là, un seul mot d'ordre: ANTICIPER !

C'est tout l'intérêt de la visite vaccinale annuelle, au cours de laquelle vous pouvez signaler tout changement même modeste dans le comportement ou la santé de votre animal.  Vos réponses à nos questions sur son appétit, sa boisson, son activité nous permettent de vous orienter vers la mise en oeuvre d'un bilan, qui peut être :


- un bilan sanguin:  entre 2 (urée- créatinine pour une surveillance régulière d'une insuffisance rénale) et 17 paramètres qui donnent une bonne vision d'ensemble du fonctionnement de l'organisme. Il permet de déceler ou suspecter avant l'arrivée des symptômes cliniques et en quelques minutes sur place, une insuffisance rénale encore occulte, un dysfonctionnement hépatique, une anémie, un état prédiabétique, une hypon ou hyperthyroidie... et peut orienter vers des examens complémentaires éventuels pour affiner un diagnostic et prendre les mesures qui s'imposent.
- un bilan radiologique: en cas de douleurs manifestées une exploration radiographique de certaines articulations (coude, epaule, genou, hanche...) renseigne sur l'existence puis l'évolution d'une arthrose éventuelle (ici un coude)
En cas de confirmation de l'existence d'arthrose, nous discuterons avec vous des solutions permettant de réduire les douleurs et l'ankylose, de ralentir l'évolution et donc, surtout de rendre un confort de vie à votre animal.
- un bilan cardiologique: s'il existe un signe d'appel, souffle à l'ausculation, fatiguabilité, toux, amaigrissement, venez consulter le plus vite possible: il peut y avoir un trouble cardiaque capable de mettre la vie de votre chien ou chat en dangere, en tous cas, de de diminuer sa longévité... Une auscultation suivie éventuellement d'une échographie et/ou d'une radiographie thoracique.
Un traitement (souvent à vie) et des mesures à prendre en ce qui concerne le niveau d'activité de votre animal seront alors mis en oeuvre...

Tout est normal, dois-je malgré tout faire quelque chose ?

Oui, il est évidemment judicieux de prendre des mesures pour que ce bon état de santé se maintienne le plus longtemps possible:
1) Passer à une alimentation "senior", d'une manière générale à partir de l'âge de 8 ans. Celle-ci est formulée en conséquence en termes de quantité (moins de matières grasses, plus de fibres) comme de qualité des ingrédients. En effet le métabolisme de base et donc les besoins caloriques ont diminué avec la baisse d'activité liée à l'âge. En outre  les performances digestives sont souvent amoindries, il faut donc une digestibilité optimale des nutriments.
2)Renforcer la protection antiparasitaire externe et interne. Vermifuger régulièrement et rester très vigilant sur le parasitisme externe. Il n'est pas rare de trouver de véritables infestations de puces sur les lombes et jusqu'à la base de la queue sur des animaux agés qui ne peuvent plus se retourner pour se gratter en raison d'arthrose vertébrale et/ou de surpoids.
3) Diminuer l'intensité de l'activité mais en  maintenir la fréquence.
Les jeux intenses (jets d'objets chez le chien par exemple, agility, activité de chasse, randonnée...) sont à diminuer en durée et lorsqu'il s'agit de jeux, un échauffement sous forme d'une promenade est judicieux (rupture d'un ligament croisé plus fréquent sur chien âgé lors de démarrage brutal par exemple). En revanche, il faut absolument maintenir des sorties fréquentes pour conserver le potentiel musculaire ainsi qu'une bonne interaction maître-chien (chat) pour éviter la "dépression d'involution"...

4)Supplémenter la ration avec des compléments alimentaires ciblés qui diminuent, ralentissent ou retardent l'apparition ou l'évolution de certains de ces troubles et qui, à défaut de les guérir, redonnent un confort de vie à votre animal...

Clinique Vétérinaire de l'Alouette - N° SIRET: 37916323100010 - Code Naf: 7500Z
Site créé par Marion NOBILI & hébergé par La Belette Bleue 3 Rue du Chateau 21200 BEAUNE -06 63 73 52 09
Retourner au contenu | Retourner au menu