TATOUAGE OU PUCE ? - CLINIQUE VETERINAIRE DE L'ALOUETTE

CLINIQUE VETERINAIRE
de l'Alouette
Aller au contenu

Menu principal :

ACTUALITES

L'IDENTIFICATION ELECTRONIQUE :
Il faut vivre avec son temps !
par le Docteur G. Le Bobinnec


   L'immatriculation des carnivores domestiques est exigée en France dans un certain nombre de situations: avant la cession (y compris gratuitement, y compris  entre particuliers), pour les chiens de plus de 4 mois, pour les chats de plus de 7 mois, pour certifier la vaccination antirabique, pour les passages transfrontaliers etc.
   Mais elle est surtout utile pour retrouver son compagnon en cas de fugue et pour établir qui est le propriétaire de l'animal.
   Sa généralisation contribue également à rendre plus difficile le trafic illégal , notamment venant en provenance des pays de l’est de l’Europe.
Tatouage ou puce électronique?

   Tatouage et transpondeur (puce électronique) coexistent encore pour quelques temps en France. Quelques explications s'imposent, car la France a pris beaucoup de retard en étant le seul pays d’Europe à maintenir le tatouage aussi longtemp

Mon animal est déjà tatoué, que faire?

Vous pouvez nous demander la pose d'une puce électronique, en complément du tatouage. C'est utile lorsque le tatouage est devenu difficile à lire ou en prévision d'un voyage à l'étranger.
   Selon votre destination, la puce électronique peut en effet être le seul moyen d'identification accepté. Même si elle est supposée acceptée (dans certaines conditions, cf plus bas) par quelques pays étrangers, l'immatriculation par tatouage peut ne pas être admise par les autorités locales passées depuis longtemps au seul transpondeur.

Quels avantages à l'immatriculation électronique ?

Pour ceux qui se sont déjà trouvés confrontés à un tatouage illisible, réalisé le plus souvent avant l'adoption ou l'acquisition, la puce électronique présente l'avantage de la durabilité et de la parfaite lisibilité du numéro.
   Pour les propriétaires se déplaçant à l'étranger, la puce inclus l'information nécessaire pour identifier le pays d'origine et contacter le bon fichier. Par contre, le tatouage hexagonal a l'inconvénient de laisser perplexes les autorités étrangères ayant trouvé votre animal. Certains pays n'acceptent d'ailleurs plus ce mode d'immatriculation obsolète.

Un peu de technique

De la taille d'un grain de riz, le 'transpondeur' ou 'puce électronique' est un composant enrobé de verre bio-compatible. Il est glissé sous la peau par le vétérinaire, à l'aide d'un petit trocard. Cet acte médical se réalise (sauf exceptions d’animaux peu manipulables) sans anesthésie (contrairement au tatouage), l’implantation provoquant le plus souvent moins de réaction qu’un vaccin.
   La lecture s'effectue à l'aide d'un appareil spécifique, promené sur la face gauche du cou (entre les omoplates dans certains pays). Le numéro s'inscrit sur un écran à cristaux liquides.
   La durabilité de l'implant est supérieure à la durée de vie de l'animal. L'information qu'il contient est infalsifiable. Le numéro attribué est unique et correspond à un seul animal, sans confusion possible.
   Les coordonnées du détenteur sont centralisées dans le pays d'implantation, auprès d'un organisme agréé par les autorités locales. Lorsque l'animal est déplacé de manière définitive dans un autre pays, son enregistrement doit se faire à nouveau dans le pays d'accueil. En France, cet enregistrement s'effectue auprès d'un vétérinaire. Les déplacements courts (vacances) ne nécessitent pas de démarche spécifique. A l'inverse, les travailleurs transfrontaliers et les voyageurs partageant leur temps entre deux pays gagnent à faire enregistrer leur animal à titre complémentaire dans le second pays fréquenté.
   L'accès aux renseignements du fichier est autorisé aux seuls vétérinaires, membres des forces de l'ordre, municipalités et gestionnaires de fourrières (dont les SPA), moyennant un code d'accès professionnel.


Quels inconvénients à l'identification électronique ?

Le risque existe que le découvreur d'un animal errant n'ait pas l'idée de la présence d'un transpondeur électronique placé sous la peau de l'encolure et imperceptible. Cet inconvénient peut aboutir à une adoption spontanée par un particulier (appropriation) ou au placement (illégal) auprès d'un foyer d'accueil alors que le circuit d'adoption réglementaire est légalement géré par les Sociétés de Protections Animales et assimilées qui, elles, vérifient systématiquement la présence ou l’absence d’une puce . Le port du médaillon « J’ai une puce » sur le collier, ou d'un P ou IE tatoué dans l’oreille, permettent de pallier cet inconvénient. Néanmoins, la "puce" est de plus en plus connue et  ces palliatifs ne seront bientôt plus nécessaires.
De tels placements illégaux, réalisés le plus souvent de bonne foi, peuvent aboutir à une lecture très différée de la puce électronique. Celle-ci n'est en effet pas recherchée systématiquement à chaque présentation d'un animal chez un vétérinaire. Lorsqu'elle est retrouvée lors d'une consultation, le vétérinaire doit en informer le détenteur qui a présenté l'animal à sa consultation. Il peut l'aider à retrouver le propriétaire légitime mais sans pouvoir le rechercher lui-même de sa propre initiative.
   Les fichiers des différents pays ne sont pas interconnectés. Aussi, les voyageurs se rendant régulièrement dans un même pays étranger ont-ils intérêt à enregistrer à titre complémentaire leur animal dans le fichier de ce pays.

La perfection?
Aucun des deux systèmes d'immatriculation agréés en France n'est parfait à lui seul. Mais nous avons la chance, que n'ont pas d'autres pays européens, de pouvoir utiliser simultanément deux systèmes d'enregistrement autorisés: faire tatouer (cela est encore possible, mais la validité est partielle) et poser une puce électronique (plus durable, reconnu à l'International) représente sans aucun doute le meilleur moyen de retrouver son animal de manière rapide…
   S'il faut choisir, le transpondeur est très largement préférable au tatouage

Le tatouage en voie d'être abandonné ?

De plus en plus rarement utilisé, le tatouage était supposé abandonné en France le 3 juillet 2011. Mais c'était sans compter sur l'exception gauloise et l'administration qui interprètent de concert et de façon unilatérale les textes européens: ainsi, le tatouage reste valide et peut encore être employé pour immatriculer les animaux ne sortant pas du territoire national...
Selon les autorités françaises, il devrait même permettre aux animaux tatoués lisiblement avant le 03/07/2011 de voyager à l'étranger (sauf GB, Irlande, Malte, Suède) et de revenir en France. Reste à en persuader les autorités des pays de destination dont certaines ont déjà obligé des voyageurs à faire poser une puce électronique sur place !
Compte-tenu de ces difficultés, il n'est sans doute pas raisonnable d'effectuer encore aujourd'hui des immatriculations par tatouage, au risque d'engager le propriétaire à des frais lorsqu'une seconde immatriculation devient nécessaire ultérieurement.
Déjà, certains pays ne prennent plus en compte les tatouages comme moyen d'immatriculation pour les chiens et chats importés sur leur territoire (Grande-Bretagne, Irlande, Malte, Suède), et la Belgique l’a définitivement supprimé le 29/12/2014.

En Résumé:
  Voici toutes les conditions et obligations actuelles de l’identification par transpondeur des chiens et des chats :
- Lors de toute cession, même à titre gracieux (don), l’identification par le cédant est obligatoire depuis le 20/06/2008 (article L.212-10 du code rural) . L’absence d’identification est sanctionnée par une amende de 750€. Rappelons à ce propos que la cession à moins de 8 semaines d’âge est interdite.
- Même hors cession, l’identification des chiens de plus de 4 mois, nés après le 6/11/1999 (donc désormais tous, sauf les plus de 16 ans !) est obligatoire (article R 215-15 du code rural). L’amende est la même que ci-dessus.

- Même hors cession, l’identification des chats de plus de 7 mois, nés après le 01/01/2012, est obligatoire (loi n°2011-525 du 17/05/2011.
- Pour tout déplacement hors de France, l’identification est obligatoire. Théoriquement, les chiens et chats tatoués avant le 04/07/2011 peuvent circuler dans la communauté européenne (sauf Grande Bretagne, Irlande et Malte qui exigent la puce), mais sur le terrain certains propriétaires se sont vus imposer l’implantation d’une puce lors de contrôles (en Espagne notamment) car beaucoup de pays ne reconnaissent plus du tout le tatouage.

Clinique Vétérinaire de l'Alouette - N° SIRET: 37916323100010 - Code Naf: 7500Z
Site créé par Marion NOBILI & hébergé par La Belette Bleue 3 Rue du Chateau 21200 BEAUNE -06 63 73 52 09
Retourner au contenu | Retourner au menu